EuroEco, la plateforme européenne consacrée à la nouvelle économie de l’art

EuroEco se constitue comme un écosystème d’institutions, de projets et d’initiatives et relève le défi d’inventer une nouvelle économie de l’art basée sur l’expérience. Cette nouvelle économie de l’art considère l’expérience de l’art comme un bien économique.

EuroEco regroupe aujourd’hui un écosystème de projets pionniers dont certains sont financés par l’Union Européenne.

L’écosystème est ouvert à tout autre projet ou initiative qui souhaite s’engager dans cette mutation économique. Toute personne physique ou morale qui souhaite s’engager dans ce changement peut inscrire le portail sa propre initiative ou son propre projet ici (lien page contact).Vous avez la possibilité de vous engager et d’investir dans la nouvelle économie de l’art à travers le réseau dédié, ENEA, dont le formulaire d’inscription se trouve ici (lien vers le formulaire).

L’économie de l’art est monopolisée par le marché de l’art, à savoir un lieu de vente et d’achat d’objets d’art. La marché de l’art contrôle les artistes en surdéterminant leur pratiques. Il empêche l’art d’évoluer. Accepter la possibilité qu’il puisse exister d’autres économies pour l’art que le marché de l’art c’est offrir à l’art et aux artistes de nombreuses ouvertures, des failles de liberté.

La partie de l’écosystème consacrée à l’économie est composée de plusieurs institutions et projets qui ont pour objectif d’inventer une nouvelle économie de l’art basée sur l’expérience.

L’économie de l’expérience dans l’art considère l’expérience de l’art comme un bien économique. Elle est  l’application d’une définition générique affirmant l’économie de l’expérience comme l’expérience en tant que bien économique. Cette notion formulée par la Biennale de Paris en 2018 est trans-sectorielle puisqu’elle considère que les expériences de chaque secteur peuvent créer une économie à leur endroit.

Les premiers projets qui composent la partie de l’écosystème consacrée à l’économie de l’art sont regroupés sur la plateforme www.euro-eco.eu